Essai Vespa GTS 125

Essai Vespa GTS 125

Par Jean-Michel Lainé le .

La Vespa GTS trône au sommet de la gamme 125 Vespa. Confortable et performante, elle fait revivre le mythe avec le confort moderne

La gamme Vespa comporte aujourd'hui 3 modèles 125cm3 accessibles avec le permis auto. Compacts, chaussés de petites roues de 10 et 11 pouces, et propulsés par un moteur refroidi par air, les deux petits modèles (LX et S) sont plutôt destinés à un usage urbain. La GTS 125 hérite pour sa part d'une conception plus aboutie et d'un gabarit généreux qui lui garantissent un agrément de conduite de premier ordre et davantage de polyvalence. On retrouve bien évidemment une ligne néo-rétro dans l'esprit Vespa. L'imposant tablier cerclé de chrome exhibe des courbes douces. Surmonté d'un petit phare rond, il évoque à lui seul la douceur de vivre à l'italienne. La partie arrière reprend le principe des deux ailes latérales, inauguré sur les premiers modèles en 1946. À la différence des modèles d'antan, ce volumineux carrossage n'abrite ni roue de secours, ni moteur déporté. Les Vespa modernes optent en effet pour des motorisations 4-temps en position centrale, silencieuses, économes en carburant et moins coûteuses en entretien. La GTS 125 conserve cependant une coque autoporteuse en acier en guise de châssis et une fourche monobras à balancier, deux signes distinctifs des productions de Mandello.

Confort <rank>4

Précisons en premier lieu que le design si particulier des Vespa ne leur permet pas tenir la comparaison avec les scooters GT en matière de confort de conduite. La position y est moins agréable. Le buste reste droit et il est impossible d'étendre les jambes vers l'avant. Pour autant les dimensions de la GTS offrent un vaste espace à bord, y compris pour les plus grands conducteurs. Le plancher plat est très bien proportionné, si bien que les genoux n'entrent jamais en contact avec le tablier ou avec le guidon, comme cela peut être le cas sur certains petits scooters. Le large tablier offre quant à lui une bonne protection pour les jambes. Bien sûr, l'absence de pare-brise laisse le haut du corps très exposé. Le problème peut toutefois être résolu avec l'ajout d'un pare-brise en option. Ce qu'on apprécie surtout au guidon de la Vespa, c'est son confort de suspensions remarquable. Progressives et bien secondées par le rembourrage de selle, elles absorbent parfaitement les irrégularités de la route (pavés, descente de trottoirs, nids-de-poule...). La configuration du châssis permet également d'atténuer les vibrations, si bien qu'un étonnant sentiment de sérénité se dégage une fois en selle. Seul bémol, l'assise semble un peu courte pour évoluer en duo. Si la GTS reste la mieux lotie de la gamme 125, le passager n'a pas droit au traitement de faveur que lui réserve certains scooters GT.

Pratique <rank>3

Le bilan est assez mitigé en ce qui concerne les aspects pratiques. D'un côté, certains détails sont vraiment agréables au quotidien. Il en va ainsi du système d'ouverture du coffre (électrique via un bouton situé sur le tablier) et de la boîte à gants (un simple appui sur le contacteur). Ces deux détails n'ont l'air de rien. Ils permettent pourtant d'accéder rapidement aux compartiments de rangements, sans même avoir à couper le moteur. Un véritable atout quand certains scooters utilisent encore de deux ou trois serrures séparées. La boîte à gants surprend par son volume. On y loge sans problème tous les petits objets du quotidien : téléphone portable, porte-monnaie, lunette de soleil, gants... À l'inverse, on peste contre l'agencement du coffre. La largeur est insuffisante et la soute n'accueille qu'un petit casque jet, accompagné de quelques affaires. Heureusement, le plancher plat bien dimensionné et le crochet rétractable permettent de transporter facilement un sac à dos ou une mallette de travail. Le porte-paquet dépliant permet de surcroît de véhiculer les bagages de gros volumes en dépannage. On apprécie enfin la présence de deux béquilles (centrale et latérale). Il convient tout de même de ne pas se laisser surprendre par le dispositif de retour automatique de la béquille latérale, souvent à l'origine de petites chutes chez les débutants.

Equipement <rank>2

Le tableau de bord de la GTS est assez riche en informations. Un petit écran numérique informe sur l'heure et la date tandis que deux jauges à aiguilles permettent de contrôler d'un simple coup d'oeil la quantité de carburant et la température moteur. Seuls regrets, l'absence de feux de détresse et d'un dispositif d'appel de phare actionné par l'index sont dommageables lorsqu'on évolue dans les embouteillages. Le totalisateur kilométrique à rouleaux semble également un peu dépassé... Bien que les jantes ne facilitent pas la pose d'un antivol, un discret petit anneau implanté sous le plancher permet d'attacher rapidement le scooter. Globalement, l'équipement est donc correct, mais pas irréprochable. Notez enfin que deux versions de la GTS cohabitent actuellement au catalogue, différenciées par le système d'alimentation du moteur : carburateur sur la GTS 125 de notre essai (4099€) et injection électronique sur le modèle Super (4299€). Ce modèle se distingue également par quelques légères évolutions esthétiques : grilles d'aération sur les ailes arrière et disparition de la veilleuse sur le tablier.

Performance <rank>3

Propulsée par un monocylindre 4 soupapes à refroidissement liquide estampillé Piaggio, la Vespa se montre globalement très à l'aise en ville. Contrairement à de nombreux scooters équipés de ce moteur, l'italienne s'élance assez vivement au démarrage et profite de bonnes relances, avec un temps de réponse court et des reprises franches sous la barre des 80km/h. Une fois lancée sur voies rapides, la GTS atteint une vitesse de pointe de 107km/h réels (120km/h compteur). C'est un peu juste face aux GT les plus rapides, mais finalement suffisant pour les zones urbaines et périurbaines. La version injection (GTS Super) offre globalement un comportement et des performances similaires, les montées en régimes étant toutefois un peu plus linéaires. La différence est plutôt à chercher du côté de la consommation. Notre modèle d'essai avale ainsi 4,7 L/100km pour une autonomie de 200 km contre seulement 4 L/100km sur la livrée à injection.

Sécurité <rank>2

Malgré ses 144 kg à sec, la Vespa se laisse facilement dompter. La selle culmine à 790mm, et sa forme affinée sur l'avant favorise l'accès aux plus petits. La Vespa se montre surprenante d'agilité en milieu urbain, un phénomène que l'on peut sans doute attribuer à ses roues de tailles moyennes (12 pouces). La circulation entre les voitures ne pose donc aucun souci. Tout juste faut-il se familiariser avec la fourche monobras qui peut surprendre au départ (sensation de déséquilibre). Le dispositif de frein avant est un peu mou au premier abord, mais répond agréablement lorsqu'on le sollicite franchement. On déplore tout de même l'absence de toute assistance au freinage : ni antiblocage de roue ABS, ni même couplage des freins avant et arrière. La tenue de route ne souffre d'aucun défaut majeur. Certes, avec ses petites roues, la Vespa peut parfois déstabiliser par un léger manque de précision dans les virages rapides. Cependant, la rigidité du châssis et la progressivité des suspensions procurent une tenue de cap satisfaisante. La GTS se montre d'ailleurs bien plus convaincante que ses deux soeurs LX et S à ce chapitre.

Bilan essai Vespa GTS 125
Bilan essai Vespa GTS 125

Bilan essai Vespa GTS 125

Avec cette GTS, Vespa est parvenue à allier tradition et modernisme. Tout en évoquant le passé très glamour du constructeur italien avec une pointe de nostalgie, sa ligne bénéficie dans le même temps d'un style et d'une finition dignes des plus luxueux scooters du moment. Son gabarit et son comportement en font enfin un scooter sûr et sans souci au quotidien. Dans l'absolu, la Vespa n'appelle donc que peu de critiques, en dehors de sa faible protection et de son volume de coffre limité. Seul bémol, son prix de vente reste malheureusement à la hauteur de sa glorieuse image. Affichée à 4099€ dans cette version à carburateur, la GTS 125 entre en concurrence directe avec certains modèles GT bien mieux équipés, tant au niveau des aspects pratiques (rangement, protection...) que des éléments de sécurité (ABS, couplage des freins). Rouler en Vespa est un luxe ou un choix du coeur, mieux vaut le savoir...

On aime bien

  • Esprit vintage
  • Agilit en ville
  • Confort selle/suspensions

On aime moins

  • Vitesse de pointe
  • Contenance du coffre
  • Prix lev
Quotidien
Loisir
Duo
et
On vous regarde
On le dtaille

Photos essai Vespa GTS 125