Essai Suzuki Swift Sport 2007

La petite citadine coquette et compacte, star de la gamme Suzuki, se décline désormais dans une version plus musclée
Par Cécile Engelen

Après avoir rencontré un franc succès commercial et séduit plusieurs milliers d'acheteurs en France, la Suzuki Swift, petite citadine coquette et compacte, star de la gamme Suzuki Automobiles, se décline désormais dans une version plus musclée : la Swift Sport.
Si bien des aspects de la version originale suggéraient que la Swift allait séduire une clientèle plutôt féminine, la Sport, quant à elle, change la donne.

La seule évocation des caractéristiques de son moteur promet déjà une conduite et des aptitudes bien différentes, précisément de celles que l'on qualifie de "viriles".
Ce moteur en effet, développant 125 ch à 6.800 tr/min et un couple maximum de 148 Nm à 4.800 tr/min, s'oppose franchement à la sagesse de celui qui équipe la Swift originale, dans ses versions essence et diesel.

Sur cette nouvelle version, tout a été développé pour garantir la fiabilité et les meilleures performances (conduits d'admission polis, nouveau système d'échappement avec collecteur tubulaire, ...). Les développements sont même allés trouver leur origine dans le domaine de la compétition (c'est le cas des pistons forgés, refroidis par jet d'huile).

Au-delà des aspects techniques, que nous ne manquerons pas d'évoquer plus en profondeur au cours de cet essai, d'un strict point de vue esthétique, la différence entre les versions initiales et cette version Sport est déjà assez flagrante. La Swift Sport se distingue au premier coup d'oeil, à l'avant par ses larges ouïes d'aération et ses projecteurs antibrouillard intégrés au pare-chocs et dont le logement a été redessiné.

A l'arrière, on repère tout de suite le becquet caractéristique qui prolonge le toit ainsi que la double sortie d'échappement chromée, tout aussi suggestive, disposée de part et d'autre d'une autre grille d'aération occupant, sur toute sa largeur, la partie basse du bouclier arrière.

Ses jantes en alliage léger 17 pouces, ses pneus taille basse de 195/45 et les ailes évasées qui les surplombent viennent parfaire le tableau et confèrent définitivement à la Swift son look sportif. Tout cela en conservant néanmoins les rondeurs initiales. La Swift Sport reste donc tout aussi coquette que la version sage, mais adopte au niveau du son design extérieur des touches d'espièglerie, en adéquation avec les performances qu'elle affiche.

A l'intérieur, on trouve des similarités dans une partie de l'instrumentation mais l'habitacle n'a plus grand-chose en commun avec celui de la Swift «des villes» dont la sobriété du design intérieur tendrait presque vers une forme d'austérité. La configuration de la Sport est toute autre et conforme au positionnement de cette version vitaminée.

Sur fond de rouge et de noir, les détails de finitions qui confèrent à l'espace intérieur un look sportif sont omniprésents. Les deux imposants sièges baquets bicolores à l'avant, spécialement dessinés pour la Swift Sport, assurent un bon maintien ainsi qu'un confort convenable. Aux pieds du conducteur se situe un pédalier ajouré en acier inoxydable, et juste en dessous un tapis de sol gris bordé d'un liseré rouge et estampillé d'un sigle brodé, rappelant encore l'orientation de cette Swift.

Le choix des matériaux n'a pas non plus été laissé au hasard. Le petit volant trois branches, le levier et le soufflet de la boîte de vitesse sont habillés de cuir, détail esthétique également appréciable pour le bon ressenti des commandes. Des inserts gris aluminium sont présents sur le volant, les contre-portes, le pommeau du levier de vitesse et le système audio, tandis que le contour des trois compteurs du tableau de bord est chromé, comme le sont également les deux poignées de portières.

L'habitacle est spacieux et confortable. Les sièges baquets coulissent généreusement pour permettre un accès facile à la banquette arrière pouvant accueillir deux passagers. L'espace est assez sobre, mais le confort correct. On note toutefois que la visibilité y est par contre assez limitée : les sièges avant sont larges et haut, et sur les côtés les vitres sont plutôt étroites.
D'un point de vue pratique, le coffre n'offre ni plus ni moins que la modularité que l'on attend de ce type de voiture. D'une capacité de 213 litres dans sa configuration de base, il peut passer à 495 litres lorsque les sièges arrière sont rabattus.
Parallèlement la Swift Sport propose des aspects pratiques supplémentaires qui sont ceux que l'on retrouve fréquemment parmi lesquels des porte-gobelets et différents réglages disponibles mécaniquement ou au moyen de rare commandes électriques pour agrémenter notamment le confort du conducteur. Le volant, s'il est réglable en hauteur, ne l'est pas en profondeur. On aurait peut-être attendu une plus grande possibilité d'ajustement.

Sur le plan de l'instrumentation, on retrouve la même simplicité. Le trio compte-tours, vitesse et niveau de carburant sont affichés sur cadrans analogiques, tandis que les kilométrages total et journalier disposent d'un affichage digital. D'autres informations sont disponibles sur l'afficheur central, dont la consommation moyenne et instantanée, l'heure et la température extérieur. Par forte chaleur, l'année prochaine, on appréciera d'ailleurs l'air conditionné à régulation automatique.
Le système audio comprend 4 haut-parleurs et 2 tweesters, une radio RDS avec lecteur CD intégré compatible MP3. Il peut être commandé directement sur le volant.

Ce tour d'horizon des équipements étant bouclé, il est grand temps de mettre le contact pour voir si la Swift Sport associe à son look très évocateur tout le tempérament et la sportivité qu'on attend d'elle. On met le contact au moyen d'un dispositif de démarrage sans clé, le moteur s'éveille dans une ambiance sonore qui reste très discrète jusqu'à la première pression sur l'accélérateur

On enclenche la première et on change totalement d'univers. La Swift Sport a non seulement l'allure d'une sportive mais elle en a aussi le souffle. La sonorité qui s'échappe de la double sortie en témoigne, mais pas seulement. Instantanément, la comparaison avec le bref essai d'une Swift 1,3 l. réalisé deux semaines plus tôt ne laisse aucune place au doute. La Sport développe de vraies aptitudes sportives au regard du comportement de la version 1.3 l.

Les ingrédients de base sont réunis pour s'associer aux performances du moteur. La Swift Sport est équipée d'une boîte de vitesse manuelle à 5 rapports intégrant des composants adaptés à la puissance de ce nouveau moteur. Elle est courte et permet de changer de rapport sans aucune perte de temps. La direction, assistée par un module électronique redéfini, est vive et précise. Les commandes sont donc promptes à réagir.

Sans être fulgurantes, les accélérations quant à elles, assistées par une commande électrique pour une réponse plus rapide, n'en demeurent pas moins convaincantes. Elles sont assez linéaires jusqu'à 4500 tr/min, régime moteur qui représente un palier significatif. Au-delà, et jusqu'à l'entrée de la zone rouge à 6800 tr/mn que l'on est d'ailleurs un peu frustré d'atteindre trop rapidement, la petite Swift autorise un vrai plaisir de pilotage. A bas régime, elle permet une conduite sage et facile, appréciable en milieu urbain. Mais c'est incontestablement dans les sommets du compte-tour qu'elle devient joueuse, le petit bolide qui permettra de s'amuser sur les routes qui s'y prêtent le mieux.

Les routes en question ne se trouvent pas dans le réseau autoroutier. Ce type de voie hypothèque sensiblement le confort du conducteur et de ses passagers sur de longues distances. Dans l'habitacle le bruit provenant de l'extérieur est important, et devient même assourdissant au fil des kilomètres. L'insonorisation n'est pas le premier atout de la Swift. De même, l'absence de 6ème rend le moteur extrêmement bruyant au-delà d'une certaine vitesse. Indépendamment de cela, le confort sur longue distance reste tout à fait honorable.

Le réseau secondaire est par contre le terrain de prédilection de la Swift Sport et de son conducteur, pourvu que les routes tournicotent à souhait. Dans ces cas-là chaque accélération flatte les oreilles. Les grandes courbes s'enchaînent vite et bien. Le passage de virages serrés s'avère un peu plus technique mais la petite Suzuki conserve systématiquement les trajectoires dans lesquelles on l'inscrit. L'avant rentre franchement dans la courbe, l'arrière, un peu moins docile mais volontaire, suit. Pour s'adonner à une conduite tout à fait sportive, il est possible de désactiver l'ESP contrôle se stabilité). Le freinage est efficace. Il est confié à 4 disques, ventilés à l'avant. Les suspensions ont été adaptées au potentiel de la Swift Sport : Type MacPherson à l'avant et essieu de torsion à l'arrière. Elles offrent tout le confort que l'ont peut attendre d'une voiture de sport, c'est-à-dire aucun, en cas de revêtement de mauvaise qualité. Par contre, dans leur mission initiale, elles s'en tirent avec les honneurs.

Enfin, la sécurité du conducteur et de ses passagers n'a pas été négligée puisque que la Suzuki accueille à son bord, entre autres détails et accessoires de sécurité, pas moins de 6 airbags : 4 airbags à l'avant (frontaux, thorax) et 2 airbags rideaux.

Bilan

Pour conclure cet essai, il ne reste qu'à aborder la consommation. Pour un réservoir de 45 litres, les consommations affichées par le constructeur (9 en Cycle Urbain, 6,2 en Cycle Extra-Urbain et 7,2 en Cycle Mixte) sont conformes à celles que nous avons constatées.

La Swift Sport s'adresse à ceux qui, pour moins de 16000€, veulent faire l'acquisition d'une citadine dotée d'un vrai tempérament et d'un look qui ne passe pas inaperçu ou à ceux qui souhaitent s'offrir quelques échappées sportives pour pimenter leur quotidien. Elle est entièrement pensée pour offrir un bon rapport prix/performance, sur un segment où beaucoup de ses plus sérieuses concurrentes sont largement moins abordables.
Le prix de la Swift Sport est précisément de 15900€. La seule option proposée est la peinture métallisée pour 290€.

Par Cécile Engelen

Les données techniques et tarifs peuvent changer sans préavis. Vous trouverez des informations complémentaires ainsi que le dernier tarif sur le site officiel.

Photos Essai Suzuki Swift Sport 2007

Photo 1 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 2 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 3 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 4 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 5 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 6 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 7 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 8 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 9 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 10 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 11 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 12 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 13 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 14 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 15 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 16 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 17 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 18 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 19 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 20 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 21 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 22 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 23 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 24 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 25 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 26 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 27 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 28 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 29 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 30 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 31 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 32 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 33 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 34 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 35 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 36 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 37 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 38 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 39 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 40 Essai Suzuki Swift Sport 2007Photo 41 Essai Suzuki Swift Sport 2007