Essai Sym Joyride 125 evo

Essai Sym Joyride 125 evo

Par Jean-Michel Lainé le .

Le Sym Joyride se présente comme un scooter à la croisée des mondes des scooters GT et Grandes Roues qu'il ne possède pas

Le Sym Joyride se présente comme un scooter à la croisée des mondes. Lesquels ? Le monde des scooters GT à l'allure sportive avec son dessin et le monde des scooters grandes roues qu'il ne possède pas mais dont il offre quelques attributs comme le plancher plat. On trouve donc pour l'aspect pratique un scooter qui allie les volumes d'un GT avec la forme d'un grandes roues.

Confort <rank>2

La large et jolie selle avec sa surpiqûre et son creux très marqué, fait glisser sur l'avant et oblige à régulièrement se replacer. Le guidon est un peu bas lorsqu'on braque au maximum et qu'on mesure 1m80 (le Joyride tourne dans un mouchoir de poche), les mains peuvent venir contre les genoux si on ne les rentre pas complètement. Enfin le plancher où on pose ses pieds n'est pas vraiment anti dérapant, on peut toutefois les appuyer contre le tablier comme sur un GT. Comme sur un GT, le Joyride est équipé d'un pare-brise trop étroit mais d'une hauteur correcte pour dévier le flux d'air. Le passager est installé sur une selle de bonne taille, les pieds sur les repose-pieds escamotables et profite de deux grandes poignées pour se tenir, comme sur un GT donc.

Pratique <rank>4

L'alliance du monde des GT et du monde des grandes roues apporte à ce Sym Joyride 125 un côté pratique inconnu. Ce ne sont pas les deux petits vide-poches qui vont apporter une réponse au quotidien ni l'absence de porte-paquet, en revanche le plancher plat permet de placer un sac et le coffre est bien plus grand que celui d'un scooter à grandes roues. Pour utiliser le plancher, deux crochets sont présents, un sur le tablier et l'autre juste devant la selle. L'ouverture du coffre se fait sur un coté et offre un accès maximal. Le grand coffre non éclairé accueille un casque intégral. La partie avant du coffre est amputée par une bosse au fond qui ne permet pas de mettre un second casque, par contre il y a de la place pour d'autres affaires. Le coffre est malgré tout étroit, une sacoche de travail ne rentre pas forcément alors qu'un ordinateur 13" trouve sa place. A vérifier avec votre sacoche. En longueur, on peut mettre une raquette mais c'est limite. Si vous êtes amateur de sport de raquettes, il faudra faire un essai avec la vôtre.

Equipement <rank>4

Le tableau de bord est complet avec un compte-tours pour le côté sportif du scooter. Un afficheur digital donne accès à l'heure, aux totalisateurs kilométriques et à la jauge de carburant. Le Joyride est équipé d'une béquille centrale et d'une béquille latérale qui se replie automatiquement lorsqu'on redresse le véhicule, attention donc si on le déplace un peu lors du stationnement, la béquille se repliera. Cette particularité fait que le moteur peut rester en marche le scooter posé sur sa latérale. Enfin, un kick permet de démarrer le scooter en cas de panne de batterie, ceci peut être utile après quelques mois d'hibernation par exemple.

Performance <rank>4

Le Joyride est animé par un monocylindre 4 temps 4 soupapes à refroidissement liquide de 12.6 chevaux. Capable d'une vitesse de pointe de 110km/h, il offre aussi d'agréables reprises en ville et démarre rapidement. Avec sa maniabilité, le Joyride est à l'aise en ville et sur les grands axes urbains, là encore un comportement à mi chemin entre un GT et un grandes roues.

Sécurité <rank>3

Le Joyride malgré sa ligne est équipé de roues de 13 et 12 pouces comme un GT, ce qui lui permet au passage de posséder un grand coffre. La fourche assure son rôle sans souci, l'arrière est toutefois un peu souple pour une conduite vive. Il contribue d'avantage au confort. Le freinage avant comme arrière est puissant et progressif. On pouvait s'attendre à trop de mordant à l'arrière avec les deux pistons, il n'en est rien, celui-ci est parfaitement gérable.

Bilan essai Sym Joyride 125 evo
Bilan essai Sym Joyride 125 evo

Bilan essai Sym Joyride 125 evo

A la croisé des chemins entre un scooter GT et un grandes roues, le Joyride pêche essentiellement par un manque de confort pour le pilote. En dehors de ce point, le reste est honorable même si on aurait aimé sur ce scooter dynamique un freinage couplé.

Il n'en reste pas moins, qu'avec sa maniabilité, son plancher plat et son grand coffre, le Joyride apporte une solution pratique évidente pour un usage quotidien que ce soit pour le travail ou pour les loisirs.

On aime bien

  • dessin sportif agrable
  • coffre accueille un intgral
  • quipement assez complet

On aime moins

  • confort un peu limit
  • suspension arrire souple
Quotidien
Loisir
Duo
et
On vous regarde
On le dtaille

Photos essai Sym Joyride 125 evo

# mots clés

Sym Essais Sym